À PROPOS
DE L’ARTISTE


Démarche


Biographie


Extraits


Presse


Cours


Publications








© Eric Bourdon

 ou toute source

   mentionnée

jolie ligne grise Pages à propos d'Eric Bourdon flèche Contactez Eric Bourdon Bienvenue sur le site web d'Eric Bourdon !
Accueil Peintures Expositions À propos Actus

Critique sociale du roman d’Eric Bourdon par Thibault Isabel

(avril 2015)




- Les Clarificateurs (roman/thriller), Eric Bourdon, Éditions de la Méduse, Lille, 2012 -


Première sortie en eBook en avril 2015




CRITIQUE SOCIALE PAR THIBAULT ISABEL


( Écrivain et rédacteur en chef de la revue Krisis )





Critique publiée sur Facebook en 2 parties :






Critique par Thibault Isabel du roman d'Eric Bourdon Les Clarificateurs


































management entreprise


















Eric Bourdon vient de publier son roman « Les Clarificateurs » en version électronique. Après plusieurs années de vie au format papier, ce thriller paranoïaque à mi-chemin entre « La firme » et l’univers de Stephen King est ainsi mis à la disposition du public, en accès libre et gratuit. C’est l’occasion de revenir sur le thème principal du récit : la manipulation et l’engagement sectaire.


Le grand mérite du livre est précisément de ne pas tomber dans les clichés habituels du genre. Bien que le roman donne en définitive une image plutôt négative de l’organisation qu’on appelle « les Clarificateurs », on est loin ici du prêchi-prêcha convenu contre les « dérives sectaires », qui n’est lui-même en général qu’une autre forme de sectarisme.


Mike, le héros du roman, n’est pas un jeune naïf en mal de repères. Ce n’est même pas un fanatique farfelu en mal de spiritualité. C’est juste un garçon curieux, qui cherche à la fois à préciser ses idées sur le monde et à faire son trou dans la société. La « secte » à laquelle il s’agrège ne propose pas des croyances religieuses abracadabrantesques, mais une simple stratégie de développement personnel, associée à des séances de coaching et au partage d’un impressionnant réseau de contacts. On est sans doute plus proche d’un groupe comme l’Eglise de scientologie que du Temple solaire ou même de Raël.


Les Clarificateurs professent partout dans le monde une « doctrine » assez typiquement américaine : selon eux, chaque individu doit rationaliser son rapport à l’existence pour devenir plus efficace et plus performant. Mike ne cherche pas l’illumination, mais le succès. Ses coaches sont là pour l’aider.


Et ils l’aident, en effet, non seulement en lui proposant des séances de « clarification » (c’est-à-dire une exploration méticuleuse de son univers mental), mais aussi en lui permettant de gravir les échelons internes de l’organisation et d’avancer ainsi dans sa vie professionnelle.


Et c’est là que les choses deviennent vraiment intéressantes : le groupe des Clarificateurs fonctionne exactement comme une entreprise ! Cette « secte » est en réalité une corporation internationale du spirituel, où la religion n’est rien de plus qu’une logique managériale poussée jusque dans ses ultimes retranchements.


Le roman explore de cette façon certains des impensés de notre époque, vouée à l’individualisme et au pragmatisme. L’idéologie managériale et le culte du développement personnel deviennent aujourd’hui une nouvelle religion. Mais cette situation génère toute une série de malaises identitaires et relationnels profonds. A qui pouvons-nous faire confiance dans un monde aussi égoïste et anonyme que le nôtre, où chacun ignore par conséquent s’il peut ou non se fier à son prochain ?


Plus encore, l’homme contemporain se trouve tiraillé entre deux tendances contradictoires. D’un côté, il se pense comme un individu pragmatique, passablement amoral parfois, et uniquement soucieux de maximiser son intérêt. Mais, dans le même temps, la généralisation de cet individualisme pragmatique autour de lui génère les conditions d’une aliénation totale, notamment dans le monde de l’entreprise, à travers le développement de la propagande managériale : ceux qui nous emploient veulent faire en sorte, pour maximiser leur propre intérêt, que nous nous mettions parfaitement à leur service. En même temps qu’ils valorisent en nous les individus libres et performants, ils nous obligent à mettre cette liberté et cette performance à leur service. L’individu, pourtant valorisé à l’échelle de la société, se sent alors lui-même désindividualisé par la logique collective de l’entreprise pour laquelle il travaille.


C’est précisément ce qui arrive à Mike. Le héros ne se sent pas vraiment en confiance auprès des Clarificateurs, qui l’ont pourtant aidé à « s’émanciper » des préjugés du monde extérieur, à devenir un individu rationnel et à mieux gagner sa vie. Que cherchent véritablement ses bienfaiteurs à travers lui ? Quelles sont leurs intentions à court et à long terme ? Et qui est le mystérieux leader du groupe ? Plus Mike trace sa route au sein des Clarificateurs, moins il parvient à cerner leurs objectifs. A tel point qu’il finit par se sentir comme un simple jouet entre leurs mains, un pion dans un jeu d’échec qui le dépasse.


Je ne vais évidemment pas déflorer le suspense du récit, qui repose en grande partie sur l’épaississement progressif du mystère. Mais ce qui se joue dans ce roman est en fait typiquement générationnel, et dépasse de beaucoup la question des sectes, qui n’est ici qu’un prétexte. Car c’est le rapport au monde de l’entreprise qui est fondamentalement en jeu, et même le rapport aux autres en général, en ce début de XXIe siècle volontiers paranoïaque.


Il est difficile de dire si le roman prend parti pour ou contre l’organisation des Clarificateurs. Les méthodes du groupe sont indéniablement contestées, mais pas nécessairement sa philosophie ou son état d’esprit général. Le propos du livre n’est pas de dire si l’individualisme, le pragmatisme et le développement personnel sont de bonnes ou de mauvaises choses, si la logique d’entreprise est salutaire ou nuisible. Le propos consiste plutôt à s’interroger sur les contradictions d’une époque, qui se reflètent en quelque sorte dans les contradictions du héros (ou dans celles du groupe des Clarificateurs). Comment être un individu dans un monde individualiste qui aboutit parfois concrètement à la négation des libertés individuelles les plus élémentaires ? Comment rester libre lorsqu’on est exposé au désir de contrôle et de surveillance de ceux qui nous dominent dans la hiérarchie sociale ?


C’est quoi qu’il en soit un étrange paradoxe que de promouvoir ainsi l’individu, comme le font les Clarificateurs, tout en lui enlevant dans le même temps l’essentiel de ce qui fait sa liberté, en pratique. Et c’est pourtant le paradoxe auquel la plupart d’entre nous sommes confrontés sur le marché du travail, où l’individu est roi, libéré des tyrannies traditionnelles du management hiérarchique et vertical, tout en étant perpétuellement enchaîné à ce qu’on attend horizontalement de lui, à ses objectifs chiffrés de performance, à la surveillance invisible mais omniprésente de ses collègues.









secte danger interdire

















L’autre aspect intéressant du roman « Les Clarificateurs » réside dans sa réflexion sur les dérives et les excès de l’opposition aux sectes. Certes, encore une fois, le roman d’Eric Bourdon montre bien tous les dangers du phénomène sectaire, lorsqu’il aboutit à brimer la liberté (souvent même au nom de la promotion de l’individu). Le roman montre aussi, comme on l’a déjà expliqué, que ce « phénomène sectaire » est en fait présent dans l’ensemble de la société, ne serait-ce qu’à travers l’« esprit d’entreprise » si cher aux nouvelles générations de managers, qui comporte à la fois des vertus d’intégration et un risque d’aliénation (exactement comme les autres formes de sectes, d’ailleurs).


Mais l’auteur s’interroge également sur le fanatisme invraisemblable qui s’empare de bien des personnes et de bien des groupes lorsqu’il s’agit de se dresser contre le Mal, et notamment par exemple contre le Mal sectaire.


Ceux qui luttent contre la secte des Clarificateurs, dans le livre, s’organisent en effet eux-mêmes sur un mode qui apparaît de plus en plus ostensiblement sectaire au fil du temps. Leur manière d’agir, de parler et de penser, leur obsession pour la « communication », y compris dans ce qu’elle peut avoir de plus manipulateur, finit par prendre le pas sur tout bon sens et toute raison. On soigne en fait le mal par le mal, jusqu’à se trouver soi-même totalement corrompu et perverti.


Les méthodes d’endoctrinement utilisées par la secte des Clarificateurs ne diffèrent pas fondamentalement des méthodes d’endoctrinement utilisées par les groupes qui se dressent contre elle. Dans les deux camps, on voit se mettre en place une propagande fondée sur l’exacerbation d’émotions brutales et régressives, d’une façon paranoïaque, et l’on oppose puérilement le camp des gentils au camp des méchants, ceux de l’intérieur et ceux de l’extérieur, les purs et les corrompus. Mais à force de se méfier de ceux qui nous menacent, à l’extérieur du groupe, on en vient à se méfier de tous ceux qui, à l’intérieur même de son propre camp, pourraient un jour nous trahir et passer à l’ennemi. Plus personne ne peut faire confiance à personne. On guette le moindre signe de duplicité, dans un climat de surveillance et de délation généralisé.


Les excès sectaires de la lutte anti-sectes ne sont qu’un exemple parmi d’autres des perversions paranoïaques de notre époque, car le phénomène social dont il est question ici s’exprime en fait de bien des manières. Chaque siècle connaît à vrai dire des tendances spécifiques à la diabolisation, et charrie de ce fait tout un cortège d’inquisitions faussement angéliques. Ceux qui veulent à toute force dénoncer le mal chez les autres sont en général les premiers à qui l’on devrait faire des reproches. Le manichéisme moral implique une simplification de la réalité. Et c’est l’obsession du bien qui conduit le plus vite sur le chemin du mal.


Le roman d’Eric Bourdon n’a rien d’un récit didactique : c’est même là sa force et sa vertu ! L’auteur ne nous dit pas ce que nous devons penser des Clarificateurs, des associations anti-sectes, du monde de l’entreprise, etc. Tout en pointant du doigt certains excès ou certaines dérives potentiellement liés aux méthodes modernes de propagande et à leur sectarisme, le récit manifeste au fond une certaine fascination sous-jacente pour les différentes techniques de communication mises en place par les Clarificateurs (ou même par leurs ennemis, mais avec beaucoup moins de brio, d’originalité et de raffinement). Au lieu de nous apporter des réponses toutes faites, l’auteur préfère donc au final nous amener à réfléchir sérieusement sur toutes ces questions, en soulevant des problèmes et des contradictions. Et il réussit en cela très bien à nous faire méditer sur les écueils possibles de notre temps.


Voilà en tout cas ce que nous pourrions retenir du roman (et voilà surtout ce que j’en retiens pour ma part) : si nous nourrissons aujourd’hui une peur aussi paranoïaque et aussi phobique des sectes, c’est précisément que toute notre vie se trouve enrégimentée dans un cadre sectaire qui ne dit pas son nom. Les sectes ne sont en quelque sorte que la face paroxystique de phénomènes de groupes qui sont à l’œuvre partout autour de nous, sous des formes plus discrètes et plus insidieuses. Les pouvoirs publics, les ONG, les groupes politiques ou les lobbies, les associations de lutte contre ceci ou cela : tout le monde veut nous clarifier sur les dangers de quelque chose, sur les mérites de « ce qui est bon pour nous », comme si nous avions en permanence besoin d’une maman ou d’un tuteur pour nous tenir la main. Et tout le monde recourt aux méthodes de propagande les plus puériles et les plus dirigistes pour assurer notre conversion à la bonne parole. La communication, dévoyée en rhétorique parfois insidieuse, sectaire et aliénante, devient alors l’arme de manipulation massive utilisée par les bien-pensants, les faux rebelles et les nouveaux inquisiteurs. La meilleure chose à en tirer, par conséquent, c’est qu’il vaut mieux commencer par prendre garde à tous ceux qui entendent nous « clarifier » !


Eric Bourdon's publications rectangle gris

Vous regardez la page 'Les Clarificateurs', roman lu par Thibault Isabel | Eric Bourdon du site Galerie d'Eric Bourdon, artiste peintre, dans la catégorie À propos de l'artiste. Retrouvez la critique par Thibault Isabel du roman/thriller d'Eric Bourdon 'Les Clarificateurs', lors de sa première sortie en eBook en avril 2015. Mise à jour : 9/10/2017 5:36:18 PM.