philosophe-nazi-martin-heidegger-nazisme
 

« […] la question directrice de ma recherche n’a pas été au départ celle du national-socialisme de Heidegger, mais celle de sa conception de l’homme. C’est à mesure que je progressais vers les fondements de son œuvre, que j’ai pu mesurer à quel point le national-socialisme y était inscrit. Dès lors, il m’est apparu qu’il était impossible de faire la part de l’idéologie et celle de la philosophie. Peut-on en effet sérieusement envisager de prendre un à un les 66 volumes parus de la Gesamtausgabe [l’œuvre intégrale de Martin Heidegger, en cours de publication] et de former deux piles : à droite, les ouvrages qui seraient de la pure idéologie nazie, à gauche, ceux qui pourraient-être considérés comme relevant de la philosophie ? Heidegger lui-même a conçu sa Gesamtausgabe comme un tout. Il en a dressé le plan de façon à ce que les cours les plus ouvertement hitlériens paraissent lorsqu’il n’aurait plus à en répondre, qu’ils prennent place au cœur même de l’œuvre, sans aucune réserve ni repentir, et c’est tout cet ensemble qu’il a légué comme son œuvre, pour les générations à venir. »

 

Extrait de la conférence d’Emmanuel Faye à la Sorbonne lors de la parution en 2005 de son livre Heidegger, l’Introduction du Nazisme dans la Philosophie aux Editions Albin Michel.

 

Bookmark and Share

martin-heidegger-introduction-du-nazisme-dans-la-philosophie

 

     Depuis la parution en 2005 du livre d’Emmanuel Faye Heidegger, l’Introduction du Nazisme dans la Philosophie aux Editions Albin Michel, on sait à quel point le pilier de la philosophie du 20ème siècle était noyé dans le nazisme. Pas seulement l’homme, mais son œuvre également, dont le vocabulaire volontairement sophistiqué au-delà de toute mesure repeint en réalité les concepts de base bien connus du nazisme : la race et la sélection raciale, la souche, l’essence allemande, la voix et l’unité du sang, le sacrifice de soi pour le peuple, l’expansion territoriale, la vision du monde du Führer, l’extermination totale de l’ennemi intérieur… On trouvera une première illustration de ce décodage dans cette conférence de 2005 à la Sorbonne suivie d’un débat, et dans la préface de 2007 à la seconde édition du livre.

– – – Lire la suite – – –

Bookmark and Share

Les paradoxes de la défense anonyme de la liberté d’expression,
en images.

33 pages (html) >>> Les Nanominus
eric-bourdon-les-nanominus

 
 

Bookmark and Share