eric burdon portrait à l'aquarelle par eric bourdon

 

Eric Burdon
par Eric Bourdon © 2017

Portrait à l’aquarelle, 17×13,5 cm

À partir d’une photo publiée sur
Deutsche Welle (DW)

 

     Première aquarelle, toute simple : utilisée en grande partie comme de la gouache, et appliquée avec des pinceaux pour la peinture acrylique sur du papier pour feutres… avec retouche numérique.

     Eric Victor Burdon était le chanteur du groupe britannique de blues-rock des années 60 The Animals (ou Eric Burdon and the Animals), et du groupe de funk-rock War (ou Eric Burdon and War), au début des années 70.

– – – Lire la suite – – –

wuman-festival-dour-2015-notele

Le tout nouveau groupe WUMAN aura marqué le Festival de Dour 2015 !

 

[…] le quatuor de Wuman a fait son entrée dans le club des festivaliers de Dour qui ont, un jour, la chance de monter sur scène. Dans le Labo, ce nouveau chapiteau de 3 000 places à l’ambiance intimiste, il a diffusé une musique inspirée. Il a aussi prouvé qu’il n’était pas arrivé là par hasard, en dépit du fait qu’il ne s’agissait que de son troisième concert. Dans un set d’une quarantaine de minutes, Nicolas Mouquet (guitare), Marin Lambert (chant et clavier) et Reynier Cretté (synthé) et Thomas Moutier (batterie) ont raconté leurs histoires. Des histoires de femmes.

[…] des femmes au profil différent dont Wuman dresse avec talent le portrait sonore. Indie, pop tropicale, électro et jazz sont les cases dans lesquelles on pourrait ranger la musique du quatuor. « Mais nous-mêmes, nous ne savons pas vraiment qualifier ce que nous faisons, glisse Marin Lambert. On fait des portraits sonores sans vraiment se figer dans un style. »

Extraits de l’article de Denis Vanderbrugge, 18 juillet 2015
Festival de Dour : Wuman et ses femmes dans le Labo – L’avenir

 
 

Écoutez gratuitement la musique de WUMAN sur son site : www.wuman.be
WUMAN est aussi sur Facebook : www.facebook.com/wumanband

 

     Le Stade de France n’était pas le seul temple du football hier soir. Au moment où Lille jouait la finale de la Coupe de France, c’est à la Maison Folie de Wazemmes qu’Antoine Defoort et Julien Fournet rejouaient leur installation-spectacle « CHEVAL ». Un spectacle présenté comme un « traité abstrait du ricochet », et où rebondissent du début à la fin ballons de foot et quelques balles de tennis dans tous les sens…

– – – Lire la suite – – –