identite-democratie-front-national

(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

 

     On reproche souvent au Front National de ne pas être un parti ‘républicain’. En plus d’être une accusation floue pour la majorité des électeurs, elle semble aussi à chaque fois louper sa cible. Républicain n’est pas synonyme de démocratique. Le Royaume-Uni, comme d’autres pays en Europe, est une monarchie, pas une république, et personne ne s’en scandalise. La forme non-républicaine du pouvoir n’empêche pas sa plus totale nature démocratique.

     En revanche, on pourrait beaucoup plus dénoncer la nature non-démocratique du Front National (dont il se défend également). En montrant que par le biais de l’identité et du concept du ‘vrai Français’ auquel seul la démocratie devrait bénéficier, c’est à toutes les autres catégories de Français que le Front National voudrait la retirer.

     Pour réussir à opposer paradoxalement les Français eux-mêmes (Français selon leur carte d’identité) les uns aux autres pour des raisons d’identité, il est indispensable d’utiliser la notion de ‘vrai Français’ qui distingue des Français qui seraient plus ‘français’ que d’autres Français, au nom d’une couleur de peau, d’une culture, d’une morale ou d’un passé le plus souvent totalement fantasmé. Entre Robert Ménard, très proche du FN (FN « de facto » selon Louis Aliot), qui veut retrouver sa France, « celle de Louis XIV, de Napoléon, et celle […] de Charles Martel [à une époque où ni la France ni le 50ème aïeul de Robert Ménard n’existaient encore] » et Marion Maréchal – Le Pen qui déclare que celui « qui n’a pas vibré au sacre de Reims [le dernier en date est celui de Charles X le 29 mai… 1825] n’est pas vraiment français », on passe du fantasme au délire psychotique à son dernier degré. Pour distinguer le vrai Français, Marion Maréchal – Le Pen voudrait au moins instituer une police du vêtement : « Chez nous, on ne vit pas en djellaba », et une police religieuse lorsqu’elle prétend que les musulmans de France « ne peuvent avoir exactement le même rang » que les catholiques en France, ne sachant plus quoi inventer pour alimenter sa quête pathétique d’une identité qu’elle ne trouvera nulle part, mais qu’elle voudrait pourtant imposer partout.

     Car on peut être musulman, anti-catholique, homosexuel, n’en avoir rien à taper du ‘sacre de Reims’, se ballader en djellaba toute la journée en écoutant de la musique californienne, et considérer Napoléon comme le dictateur criminel qu’il était, et être 100% Français. On peut aussi être soi-même un criminel, un dangereux terroriste, un drogué ou une ‘racaille’, et être 100% Français. On peut même être inscrit au Front National et être 100% Français, mais pas un poil de plus que le tout frais naturalisé d’avant-hier. On peut également être 100% Français et refuser l’identité nationale ‘républicaine’ light et plus ouverte (en apparence) qu’on essaie de nous vendre à la place de l’identité nationaliste, en croyant la concurrencer mais en jouant son jeu. On peut enfin refuser d’être construit et défini par son origine nationale ou ‘ethnique’, ses ‘racines’ familiales, sa culture et son environnement moral, religieux, psychologique… bref, refuser d’être le produit de son milieu, et être Français de la tête aux pieds.

 
 

Texte et illustration © Eric Bourdon

 
 

Bookmark and Share

comment box eric bourdon

Commentaires

       

      Nom / Pseudo (demandé, publié)

      Email (demandé, non publié)

      Site web, page, lien (?...)

      Exprimez-vous (publication après vérification ~48h) :

      * merci de compléter :